Archives par mot-clé : emploi

SAS mobilisation vers l’emploi

Lever les freins à l’emploi des femmes

Acteur reconnu de l’insertion professionnelle dans la Vallée de l’Arve (Haute-Savoie), Alvéole a répondu à la sollicitation de la Ville de Scionzier pour expérimenter fin 2019 un accompagnement collectif vers l’emploi.
Le dispositif a été imaginé pour un groupe constitué de stagiaires des ateliers sociolinguistiques (ASL) de la Ville. Parmi la douzaine de personnes ayant pris part à l’expérimentation, les femmes du Crozet -quartier populaire de la commune- étaient majoritaires.

Tout est parti d’un double constat. D’un côté, nombre d’entreprises locales doivent faire face à une pénurie de candidats quand, d’un autre côté, de nombreuses personnes (en particulier des femmes issues de l’immigration résidant en quartier populaire) peinent à s’inscrire dans une démarche d’insertion professionnelle. Le SAS mobilisation vers l’emploi a pour objectif de travailler, trois mois durant, à lever les multiples freins à l’emploi que rencontrent ces femmes :

  • non-maîtrise de la langue française,
  • problématique de garde d’enfants en bas âge,
  • méconnaissance du monde du travail,
  • difficultés liées à la mobilité,
  • faibles qualifications ou non-reconnues en France,
  • freins d’ordre culturel.

Le dispositif se déroule en deux temps. Le premier combine entretiens individuels et ateliers collectifs. Le second est celui des stages en entreprises. Le premier temps est l’occasion de :

  • reprendre confiance en soi,
  • identifier ses compétences,
  • créer ou améliorer son CV,
  • découvrir des métiers porteurs d’emplois,
  • trouver des solutions de mobilité et de garde d’enfants…

Les stages (3 fois une semaine) leur permettent de se confronter à la réalité du monde du travail et de tester leurs intérêts et capacités pour les métiers préalablement identifiés. Fin 2019, elles ont testé des métiers de l’industrie, de l’aide à domicile, du commerce, du bâtiment et de la couture.

Le bilan de l’expérimentation est positif. La constitution d’un groupe homogène associée au rythme et au contenu du SAS ont contribué à l’émergence d’une émulation collective stimulante pour les bénéficiaires. L’implication de diverses entreprises locales a également joué en faveur du nombre très satisfaisant de sorties positives (embauches, formations).
Fort du succès de cette première expérimentation, les acteurs locaux (dont Pôle emploi, principal financeur) ont décidé de renouveler ce SAS collectif à l’automne 2020.

2021 : Malgré la pandémie, la consécration

La crise sanitaire de la Covid-19 a-t-elle impacté le dispositif SAS mobilisation vers l’emploi ?
Malgré les incertitudes et les aléas de 2020, un groupe d’une douzaine de personnes a pu être constitué et le SAS maintenu. Toutefois, le contexte économique et sanitaire a pesé sur la réalisation des stages. Notre réseau d’entreprises a été particulièrement difficile à mobiliser. De plus, aucun stage n’a pu avoir lieu en Ehpad ou dans le secteur de l’aide à domicile.

Qu’en est-il des femmes que vous avez accompagnées ?
Ce deuxième groupe était composé à 90% de femmes habitant le quartier du Crozet. Toutes étaient très investies et l’émulation collective en faveur de l’insertion professionnelle était cette année encore, au rendez-vous. D’ailleurs, la majorité d’entre elles ont trouvé un emploi à l’issue de l’accompagnement.

Quelles évolutions à venir pour le SAS mobilisation vers l’emploi ?
En 2021, nous avons réalisé le bilan des deux années d’expérimentation. Il en ressort que le dispositif constitue un bon tremplin de retour à l’emploi pour des personnes considérées comme « inemployables en l’état ». Cette réussite a mis au centre des échanges avec les décideurs la question de l’extension du dispositif sur le territoire. Sur ce point, il est important de comprendre qu’un tel accompagnement (renforcé, intensif) ne peut devenir la norme. Il a été pensé pour un profil spécifique de personnes, et pour être mis en place par un type de structure, au regard de son organisation, de ses moyens et ressources. Aussi, le SAS mobilisation vers l’emploi, tel qu’il existe actuellement, ne peut pas être déployé de manière exponentielle, quand bien même il y aurait un élargissement du cercle des financeurs. Un essaimage nécessiterait d’inventer une configuration différente.

Contact : Françoise Michel-Gay, chargée de projet – projet-pf@alveole.fr

Le Bootcamp

Muscler son projet entrepreneurial de manière immersive

Quel lien feriez-vous entre un programme d’entraînement physique de l’armée américaine (le Boot camp) et l’entrepreneuriat dans les quartiers populaires ? A priori, aucun… sauf pour deux acteurs associatifs du Genevois français !

Pangloss Lab et Innovales se sont inspirés de cette méthode pour imaginer un accompagnement d’une semaine, créatif et immersif à la création d’activités à destination de personnes éloignées de l’emploi.

Cet accompagnement innovant, visant à passer de l’idée au projet d’entreprise, a été proposé aux habitants des quartiers prioritaires de Ferney Voltaire et Saint-Genis-Pouilly. L’expérimentation a eu lieu en 2018 dans le cadre du contrat de ville du pays de Gex.

Selon les initiateurs, l’entrepreneuriat peut être un vecteur d’intégration et d’accomplissement fort pour des personnes éloignées de l’emploi. Cependant, il peut aussi conduire à des situations de grande précarité quand il n’est pas assis sur des bases solides. Avec le Bootcamp, les porteurs de projet bénéficient d’un accompagnement soutenu sur un temps très court. Durant une semaine, ils abordent plusieurs étapes :

  • définir son projet en fonction de ses compétences, 
  • réfléchir de manière créative à son projet,
  • concevoir un prototype du projet et tester ainsi son étude de marché de manière dynamique et itérative,
  • réaliser ses premières projections financières, pour sécuriser son modèle économique.

Neuf personnes ont suivi la première édition du Bootcamp. Ce fut l’occasion de confirmer leur projet de création pour certains, ou de l’abandonner pour d’autres. Dans tous les cas, l’accompagnement a permis de remobiliser les personnes dans leur recherche d’emploi.

En 2020, le Bootcamp évolue avec l’intégration en amont d’un travail sur l’estime de soi et une phase de remobilisation par le sport. L’idée est d’en faire un accompagnement systémique, un parcours complet pour reprendre pied dans le monde du travail.

Contact chez Pangloss Lab :  Matthieu Gevertz –  matthieu@labatisse.org

découvrir

Une association suisse pour l’insertion professionnelle des femmes migrantes qualifiées

Arriver dans un pays comme la Suisse ou la France, à l’issue d’un parcours de migration et décrocher un emploi en adéquation avec son niveau de qualification, c’est un défi de taille. Cela est d’autant plus compliqué si l’on est une femme, en raison de l’accumulation de plusieurs facteurs discriminants qui se jouent lors à l’embauche. À Genève, pour relever ce défi, les femmes migrantes qualifiées peuvent s’appuyer sur l’association découvrir.

Créée en 2007, cette association de 11 salarié.e.s aborde l’insertion professionnelle comme un processus. Année après année, l’accompagnement s’est renforcé, contribuant à lever les multiples obstacles à l’emploi qualifié auxquels doivent faire face les femmes récemment installées sur le territoire. L’association propose désormais un arsenal de services et programmes, parmi lesquels :

  • information et accompagnement dans les démarches de reconnaissance des diplômes étrangers,
  • découverte du marché du travail local et de ses codes,
  • préparation aux entretiens d’embauche,
  • soirées de réseautage,
  • mentorat,
  • cours de langues,
  • accompagnement à la création d’entreprise.

En 2019, l’association va plus loin avec le lancement d’un plan d’action Entreprises.
Il s’agit d’aller au-devant des responsables des ressources humaines en misant sur l’approche RSE, et de bâtir des collaborations solides et durables avec les entreprises afin de :

  • sensibiliser aux préjugés liés au genre et à la migration dans les processus de recrutement et essaimer les bonnes pratiques en la matière,
  • valoriser les parcours et compétences des candidates accompagnées et faire prendre conscience de la diversité et qualité de leurs profils, 
  • bénéficier d’une captation privilégiée des offres de stages et d’emplois.

découvrir est en développement permanent et ses partenariats sont foisonnants.
Un des derniers en date est celui avec la start-up Alaya. En passant par sa plateforme digitale spécialisée dans le mécénat de compétences, découvrir a pu bénéficier de l’expertise de salariés de grandes entreprises sur des missions telles que du conseil en recrutement, job-coaching, traduction de documents.

découvrir en période Covid : entre adaptation et ténacité

La crise sanitaire de la Covid 19 a-t-elle impacté les pratiques de votre association ?
Nos pratiques ont été bouleversées puisque nous ne pouvions plus ni recevoir du public ni aller à la rencontre des entreprises. Nous nous sommes adaptées avec la mise en place de visio-appels, de formations en ligne et de webinaires.
Nous avons aussi lancé une lettre d’information pour maintenir le lien avec notre public et lui apporter des conseils et des pistes en matière de réseautage et de recherche d’emploi durant cette période troublée.

Quelles incidences pour vos activités ?  
L’année 2020 a été très fructueuse pour notre plan d’action Entreprises.
Nous avons élargi notre cercle d’entreprises partenaires et obtenu de précieux moments d’échanges pour développer la diversité et l’égalité de genre au sein de leurs équipes. Le télétravail et la baisse d’activité inhérents à la crise ont permis à certaines entreprises de dégager du temps pour sensibiliser leurs équipes.

Qu’en est-il des femmes que vous avez accompagné ?
Le travail à distance nous a ouvert des horizons, permettant un accompagnement inter-cantonal plus développé. Au total, découvrir a épaulé 639 femmes dans leur intégration socio-professionnelle au cours de l’année 2020. Malgré un marché de l’emploi tendu et des circonstances sociales et économiques imprévisibles, plus de 100 candidates ont obtenu un débouché professionnel en 2020, un résultat proche de celui de l’année précédente. Les secteurs de la santé et du social ont été particulièrement pourvoyeurs d’emplois.

association genevoise

Contact : Sarah Gamblin, chargée des relations partenaires – sarah.gamblin@associationdecouvrir.ch

label entreprise apprenante

« Entreprise apprenante »

Un label de territoire pour soutenir l’alternance

Depuis 2017, Annemasse Agglo et la Communauté de communes du Genevois déploient le label «entreprise apprenante» pour inciter les employeurs du territoire à s’engager pour la formation des jeunes. La démarche de labellisation est au cœur d’une stratégie de communication à destination des entreprises, collectivités et associations locales. L’objectif est de promouvoir la voie de l’alternance en tant que passerelle vers l’emploi.

Ce label, d’inspiration genevoise, a été initiée côté français dans le cadre de la politique de la ville. L’entreprise candidate à la labellisation passe une audition afin de mesurer son implication en faveur de l’alternance. L’audition est réalisée sur la base d’un référentiel multicritères, parmi lesquels :

  • la découverte et la promotion du milieu professionnel,
  • l’intégration de l’alternant dans l’entreprise,
  • le processus de formation de l’apprenti et son accompagnement,
  • l’engagement de l’entreprise au service du territoire.

Un comité technique décide alors s’il accorde le label, valable pour une durée de deux ans. Ce comité est composé des principaux partenaires du territoire concernés par l’emploi des jeunes : la mission locale, le J.5 (structure d’information jeunesse), Pôle emploi, les chambres des métiers et du commerce.

La dimension innovante du projet repose, notamment, sur sa démarche « donnant / donnant ». Pour les entreprises, le label renforce leur attractivité auprès des jeunes. Il leur ouvre la porte du réseau des entreprises apprenantes. Elles participent ainsi à des temps d’échanges, de réflexion collective et de partage de bonnes pratiques, leur permettant de s’adapter aux nouvelles générations. Pour les jeunes, le label porte à leur connaissance un vivier d’entreprises et une garantie que celles-ci leur proposent un cadre de travail bienveillant et un accompagnement approprié à leurs besoins.

Les résultats de la 3ème édition ont été annoncés fin 2021. Les labellisés sont désormais 40 :
34 entreprises, 4 collectivités territoriales et 2 associations. La Cité des métiers (1), en charge de l’animation du label, va renforcer dès 2022 la communication auprès des jeunes, en lien avec les structures qui les accompagnent, afin de promouvoir la voie de l’alternance.

Contact : Jessica Durand, Cité des métiers du Grand Genève – durand@citemetiers.fr

  1. La Cité des métiers du Grand Genève est un service public franco-genevois multi-partenarial qui fournit informations et conseils en matière de formation et d’emploi.  Elle étend son champ d’action sur tout le Genevois français grâce à 3 centres associés : Annemasse, Bonneville et Pays Bellegardien.

Le Teil, ensemble pour l’emploi

S’organiser pour expérimenter contre le chômage de longue durée

L’initiative Territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD), qu’est-ce que c’est?

Il s’agit d’une nouvelle approche de la lutte contre la privation d’emploi qui part de plusieurs constats:

  • Ce ne sont pas les compétences qui manquent : il faut partir des demandeurs d’emploi et de leurs compétences.
  • Ce n’est pas le travail qui manque : il faut partir des besoins du territoire en créant des emplois supplémentaires et en mettant les acteurs en dynamique.
  • Ce n’est pas l’argent qui manque : puisque chaque année le chômage de longue durée entraîne de nombreuses dépenses et manques à gagner que la collectivité prend à sa charge.

Le projet TZCLD propose donc la création d’entreprise à but d’emploi (EBE) sur les territoires sélectionnés. Le but d’une telle entreprise est d’embaucher en CDI des chômeurs de longue durée pour rendre des services utiles identifiés au préalable sur la commune. Elle prend soin de ne pas faire de concurrence et de ne pas détruire d’emplois. Les besoins sont très divers : certains projets ont jusqu’à 40 activités différentes afin de répondre aux besoins non pourvus sur le territoire.

TZCLD sur le territoire du Teil

En 2016, on comptait 10 territoires expérimentaux. En 2020 ce serait entre 40 à 50 territoires et Le Teil prépare activement sa candidature. La ville organisait d’ailleurs le 26 octobre dernier une « grève du chômage » pour lancer ce projet.

L’équipe municipale a toujours considéré que le traitement du chômage est une affaire collective et qu’une mobilisation au niveau communal et intercommunal est un accélérateur de réussite. C’est avec un sens affirmé de ses responsabilités qu’elle travaille depuis 2008 en étroite collaboration avec les différents partenaires de l’emploi (Pôle emploi, Mission locale Moyenne Vallée du Rhône, de la Direction territoriale Conseil départemental de l’Ardèche,  associations comme impact H, Cap emploi…).

Le travail quotidien, basé sur une connaissance réelle des chômeurs de longue durée, conjugué à leur compréhension du contexte local, a permis de proposer une liste de travaux qui pourraient être conduits par les demandeurs d’emplois.

Le soutien des associations et de tous les acteurs du territoire est très important pour permettre à ce projet de voir le jour. Il permettra de cibler au mieux les besoins sur le territoire et de pouvoir créer les emplois nécessaires au sein de l’entreprise à but d’emploi. 

Par ailleurs, les entreprises du territoire sont largement associées à la dynamique et ont déjà exprimé leur volonté de participer au projet.

Plus d’informations sur le projet Territoires zéro chômeur : https://www.tzcld.fr

Cette initiative sera présentée lors du CaféLaboQUARTIERS du 5 février 2019, au Teil. Je veux rencontrer le porteur de ce projet !

Les plombiers du numérique

Une école pour raccorder les jeunes aux métiers de la fibre

Fondée par l’association Impala Avenir, l’École des Plombiers du numérique permet aux jeunes sans qualification et sans expérience professionnelle, principalement issus des quartiers prioritaires, d’être formés rapidement à des métiers qui recrutent dans les domaines de la fibre et des infrastructures numériques.

Après Chelles, Bordeaux, Marseille, Lyon et Châlons-en-Champagne, un sixième campus a ouvert en novembre 2018 à Romans-sur-Isère (Drôme). Il est porté par le groupe Archer (acteur de l’insertion par l’activité économique), en association avec la Mairie de Romans, la CCI, le syndicat mixte ADN, le FAFTT, l’organisme de formation CEFORA et la fondation Break Poverty.

En tant qu’acteur de l’insertion sur la Drôme notre devoir est d’accompagner nos jeunes vers des métiers nouveaux. Le déploiement de la fibre optique dans la région est une formidable opportunité pour attirer ces publics

Christophe Chevalier, Président du groupe Archer

À Romans, la formation proposée associe à la fois une remise à niveau appliquée aux métiers de la fibre en français et en mathématiques, l’acquisition des gestes techniques nécessaires à l’exercice du métier de technicien de la fibre optique, ainsi que 21 heures de conduite. Au total, ce sont 400 heures de formation proposées sur une durée de 3 mois. L’objectif est de les former au métier et leur faire découvrir les codes de l’entreprise pour favoriser leur intégration dans l’entreprise à l’issue de la formation. Pendant la durée de la formation, les jeunes sont salariés en contrat intérim. Après la formation, ils seront délégués par ces mêmes entreprises de travail temporaire dans les entreprises du secteur de la fibre.

Au 2ème semestre 2018, à la suite d’une mobilisation des partenaires socio-professionnels du territoire, une présentation du dispositif a été faite à laquelle ont participé 50 personnes. 30 ont été reçues en entretien individuel, et 16 d’entre-elles ont été retenues pour participer à deux journées de découverte du métier en entreprise. À l’issue de ces journées, 12 jeunes ont été sélectionnés, sur le critère principal de la motivation, pour participer au programme de formation.

Contact : Stéphanie Pallais, artim@archer.fr

Retour sur la 6ème rencontre CaféLaboQUARTIERS, le 12 février 2019, au Teil (07)

La 6ème rencontre CaféLaboQUARTIERS s’est déroulée le 12 février 2019 au Teil, en Ardèche.

53 personnes d’Ardèche, de Drôme, du Rhône et de l’Isère, étaient présentes pour cet échange entre professionnels du développement social urbain et acteurs de la création d’activité, du développement économique, de l’innovation, de l’économie sociale et solidaire et du numérique et sont repartis avec des idées, des envies, des contacts.

6 projets innovants issus des quartiers populaires et qui contribuent aux dynamiques économiques locales ont été présentés :

Merci aux porteurs de projets et aux participants pour leurs apports et leur enthousiasme.

Ils nous ont dit:

# Ce qui nous a marqué durant la matinée:

La convivialité, les énergies positives, la richesse des échanges, la diversité des intérêts et des participants, l’importance du collectif

# On repart avec:

Des idées d’actions, des contacts, de l’envie, de l’espoir, de l’inspiration, de la motivation


La presse parle de nous!

Cet événement était organisé en partenariat avec la ville du Teil

avec le soutien de

Retour sur la 5ème rencontre CaféLaboQUARTIERS

Le 5ème CaféLaboQUARTIERS s’est déroulé le 30 janvier 2018 à Cusset, dans l’Allier, en collaboration avec Vichy Communauté.

Plus de 50 participants de l’Allier, du Cantal, de la Loire, du Puy-de-Dôme étaient réunis au Kube Center (espace de coworking) pour parler innovation économique et sociale dans les quartiers.
Techniciens et élus de collectivités locales, représentants des services de l’État, chefs d’entreprises, experts du numérique, conseillers citoyens, consultants, accompagnateurs de la création d’activité, acteurs associatifs ont pu découvrir et discuter autour de 6 initiatives  pour faciliter l’accès à l’emploi et favoriser l’esprit d’entreprendre dans les quartiers.
Merci à Aformac, Actypôle-Thiers et la ville de Thiers, la mission locale de Moulins, les CIDFF 03 et 63, Nov’events, le médiateur de quartier de Cusset, d’avoir joué le jeu. Merci également à tous les participants pour leurs apports.

Ils nous ont dit :  » on repart avec…
#de nouveaux contacts
#des nouvelles perspectives
#des exemples permettant de se dire que c’est possible
#des informations, des idées pour faire évoluer notre projet
#l’envie de poursuivre
#des outils d’animation pour nos territoires

Découvrez ici quelques photos en souvenir de cette rencontre…

La presse parle de nous !

Le médiateur de quartier

Connecter les habitants éloignés de l’emploi aux entreprises locales

Dans le quartier Presles Darcins de Cusset (agglomération de Vichy), le médiateur social est le maître d’œuvre d’une dynamique partenariale en faveur de l’emploi.

Tout a commencé en 2016 avec le recrutement du médiateur par la Ville de Cusset. Sa première mission a été de réaliser un diagnostic et une enquête de proximité qui ont permis de mettre en lumière les situations vécues dans le quartier :

  • des demandeurs d’emploi motivés mais confrontés à des freins entravant leurs recherches,
  • des habitants éloignés de l’emploi, inconnus aussi bien des institutions que des structures d’insertion professionnelle.

Soutenu par une forte volonté politique locale, le médiateur s’est alors attelé à créer les conditions d’une dynamique en faveur de l’emploi des habitants du quartier. Deux grands types d’actions ont vu le jour : accompagnements individuels et organisation d’évènements propices à la rencontre entre demandeurs d’emploi et acteurs économiques locaux.
L’accompagnement passe par la détection des personnes en recherche d’emploi, leur mise en relation avec les professionnels locaux (Pôle emploi, la mission locale, agences de travail intérimaire, associations d’aide au retour à l’emploi) et le suivi de leur parcours.
En ce qui concerne les évènements, on recense : 9 journées de l’emploi (600 participants) ; 2 journées de simulation d’entretiens d’embauche ; la mise en place de parrainages de chefs d’entreprise cussétois avec les demandeurs d’emploi (à venir).

Cette dynamique est le fruit du travail du médiateur qui a progressivement tissé des liens entre les habitants, les acteurs de l’emploi et de l’insertion, ainsi que les entreprises du territoire. Ce travail passe, d’une part, par sa présence quotidienne sur le quartier pour désormais être identifié des habitants et bénéficier de leur reconnaissance ainsi que de leur confiance. D’autre part, il passe par le partenariat avec l’ensemble des acteurs économiques locaux. Ce partenariat est considérablement favorisée par l’engagement des entrepreneurs locaux en faveur du développement économique de leur territoire (1).

La démarche globale, menée par la Ville de Cusset, a été distinguée au niveau national en 2017 avec l’attribution du prix « Développement économique local et de l’entrepreneuriat » du concours S’engager pour les quartiers.

Contact : ramzi.khlaifi@ville-cusset.fr, médiateur social

(1) constitués en association : le Made in Cusset Entreprises.