Archives par mot-clé : usages numériques innovants

Fix-it

Un jeune de quartier dans la french tech

Être jeune et venir d’un quartier populaire : la double peine pour un porteur de projet ?
Le chemin qui a mené Bader Bouziane à l’entrepreneuriat a été sinueux. Mais habité par sa passion pour les technologies numériques et porté par l’envie d’entreprendre, cet autodidacte de 24ans est sur le point de voir son projet se concrétiser. Début 2020, il rejoint les rangs de l’incubateur lyonnais Manufactory pour développer son projet de start-up, de l’idée à la réalisation.

Bader Bouziane est un enfant du Perrier, quartier populaire emblématique d’Annemasse Agglomération, intercommunalité frontalière avec la Suisse. Après l’obtention du baccalauréat, il navigue entre plusieurs secteurs d’activités, allant et venant de jobs alimentaires en (auto)formations, rebondissant avec des expériences professionnelles à l’étranger. Durant toutes ces années, l’envie d’entreprendre et la passion pour les nouvelles technologies ne le quitteront pas. C’est au cours de la formation de référent digital que le déclic opère. Un projet de start-up (voir encadré) germe alors dans son esprit, tandis qu’il travaille, en parallèle de sa formation, pour un géant du service de livraison de plats cuisinés.

Selon Bader Bouziane, le fait de venir d’un quartier populaire complexifie l’aventure entrepreneuriale, principalement en raison :

  • de l’absence d’entrepreneurs dans l’entourage, qui pourrait stimuler, encourager, rassurer, en endossant le rôle de mentor, de modèle ;
  • des difficultés pour lever des fonds, amplifiées par le sentiment de méfiance que certains habitants des quartiers peuvent avoir vis-à-vis des établissements bancaires.

Pour lever les obstacles à l’entrepreneuriat ou à l’emploi, vécus par les habitants des quartiers, diverses structures ressources existent dans les territoires. Bader Bouziane a su les trouver à chaque fois que la concrétisation de ses projets nécessitait « un coup de pouce » : mission locale, Grande école du numérique, CitésLab ou encore le concours French Tech tremplin.

Contact : badrebouziane@icloud.com – 06 29 58 68 20

Fix-it, une plateforme de mise en relation de coursiers à vélo freelance et de techniciens réparateurs mobile 
Fix-it permettra aux usagers de smartphones en panne ou endommagés d’être mis en relation avec des réparateurs indépendants de leur ville. Un coursier freelance assurera, à vélo, les livraisons du téléphone entre le client et le réparateur. L’ensemble des échanges ainsi que des transactions financières se feront depuis un site web utilisant la technologie blockchain.
Le projet s’inscrit dans la lutte contre l’obsolescence programmée. Un volet social est également pensé : Fix-It proposera à ses coursiers (souvent pas ou peu qualifiés) d’accéder à des formations en ligne afin d’acquérir des compétences digitales.

Le CaféLaboQUARTIERS à Annemasse, du 31 mars 2020 est reporté

En raison des conditions exceptionnelles liées à l’actualité autour du coronavirus, nous sommes dans l’obligation de reporter cette rencontre. 

Pour sa 7ème édition, CaféLaboQUARTIERS arrive dans le Grand Genève !

Venez découvrir des projets innovants dans les quartiers populaires du Grand Genève autour de deux enjeux :

  • L’entrepreneuriat des jeunes
  • L’insertion professionnelle des femmes

Participez à de nouveaux réseaux d’échanges entre professionnels de la politique de la ville et acteurs de la création d’activité, du développement économique, de l’innovation, de l’ESS et du numérique.

Repartez avec des idées, des envies, des contacts.
 

Avant-goût des projets qui devaient être présentés le 31 mars…

Le détail de chacune des expériences sera posté, au fil de l’eau sur le blog CaféLaboQUARTIERS.

Cet événement est organisé en partenariat avec Annemasse agglomération

CaféLaboQUARTIERS en résumé :

  • 1 matinée
  • 1 ambiance conviviale
  • 3 séquences, en petits groupes, de découverte et de mise en discussion d’initiatives locales et innovantes dans les quartiers
  • 5 porteurs de projets
  • des participants de l’Ain, de Haute-Savoie, de Suisse ou d’ailleurs
  • et bien sûr du café et autres gourmandises…
     

Le numérique doit intégrer le volet économique des contrats de ville

Le numérique doit être considéré par les acteurs de la politique de la ville comme un atout pour le développement économique des quartiers. C’est le message défendu par Marion Pollier, chargée de mission à Labo Cités.

Le numérique, en tant que filière économique, pèse 5% du PIB national. Et de par ses impacts profonds dans tous des secteurs de notre économie, le numérique constitue un formidable gisement de croissance et de compétitivité. Dans ce contexte, pourquoi le numérique ne serait-il pas une opportunité pour le développement économique des quartiers en politique de la ville ? Continuer la lecture

Aux clics citoyens. Série “Innovation sociale et numérique dans les quartiers”, épisode 4

Ce 4ème reportage est consacré au projet « Aux clics citoyens » porté par l’association des centres sociaux de Rillieux-la-Pape (Métropole de Lyon). Ce média en ligne est géré par les habitants et tout un chacun peut poster des articles et reportages vidéo sur la vie locale. Des tutoriels en ligne ainsi que des ateliers (proposés par l’établissement public numérique du centre social Velette) permettent l’appropriation du matériel et techniques adéquates.

Le CR•DSU a réalisé en 2016 une série de 4 reportages, intitulée “Innovation sociale et numérique dans les quartiers”, qui présente au fil de l’année des acteurs et projets innovants en faveur des habitants des quartiers populaires en Rhône-Alpes.

Ces projets sont tous, à leur manière, résolument tournés vers le numérique : ils utilisent le numérique pour se développer et accroitre l’implication des habitants, ET/OU forment les habitants aux nouveaux usages et métiers du numérique.

Reportage réalisé avec le soutien de

 

Enregistrer

Enregistrer

Série “Innovation sociale et numérique dans les quartiers” – Épisode 3 : TRIRA

Pour son 3ème reportage de la série “Innovation sociale et numérique dans les quartiers”, le CR•DSU va à la rencontre de Trira,
 une Scic iséroise spécialisée dans le reconditionnement de matériel informatique.
 Au sein de son fablab R2D2, elle propose entre autres des “ateliers bidouille » qui permettent à des jeunes de découvrir 
l’informatique de manière ludique.

Le CR•DSU réalise en 2016 une série de 5 reportages qui présentera au fil de l’année des acteurs et projets innovants en faveur des habitants des quartiers populaires en Rhône-Alpes.

Ces projets sont tous, à leur manière, résolument tournés vers le numérique : ils utilisent le numérique pour se développer et accroitre l’implication des habitants, ET/OU forment les habitants aux nouveaux usages et métiers du numérique.

         Reportage réalisé avec le soutien de

Enregistrer

Série “Innovation sociale et numérique dans les quartiers” – Épisode 2 : Code à l’école

Ce reportage, 2ème d’une série intitulée “Innovation sociale et numérique dans les quartiers”, présente le projet “Code à l’école”, expérimenté depuis l’an dernier dans un établissement lyonnais.

Des étudiants de Digital Campus ont été formés par Fréquence écoles (frequence-ecoles.org) afin d’animer des ateliers de découverte de la robotique et de la programmation informatique auprès d’élèves de primaire durant les temps périscolaires.
La suite : former plus d’étudiants et déployer le projet dans des écoles des quartiers populaires de l’agglomération lyonnaise.

Le CR•DSU réalise en 2016 une série de 5 reportages qui présentera au fil de l’année des acteurs et projets innovants en faveur des habitants des quartiers populaires en Rhône-Alpes.

Ces projets sont tous, à leur manière, résolument tournés vers le numérique : ils utilisent le numérique pour se développer et accroitre l’implication des habitants, ET/OU forment les habitants aux nouveaux usages et métiers du numérique.

         Reportage réalisé avec le soutien de

Série “Innovation sociale et numérique dans les quartiers” – Épisode 1 : Pistyles

Ce reportage, 1er d’une série intitulée “Innovation sociale et numérique dans les quartiers”, est consacré à Pistyles, une société coopérative d’intérêt collectif basée à Lyon qui se donne pour ambition de rassembler jardiniers professionnels et habitants dans la gestion des espaces verts dans les quartiers.

Pistyles développe une plateforme web pour chaque jardin géré. Cet outil numérique de communication est principalement destiné aux habitants pour présenter la démarche, annoncer les interventions et les possibilités de s’inscrire pour des chantiers participatifs…

Le CR•DSU réalise en 2016 une série de 5 reportages qui présentera au fil de l’année des acteurs et projets innovants en faveur des habitants des quartiers populaires en Rhône-Alpes.
Ces projets sont tous, à leur manière, résolument tournés vers le numérique : ils utilisent le numérique pour se développer et accroitre l’implication des habitants, ET/OU forment les habitants aux nouveaux usages et métiers du numérique.

         Reportage réalisé avec le soutien de

La Fabrique Mobile

Un Fablab itinérant, au plus près des habitants

L’association brondillante La Fabrique d’Objets Libres a pour projet d’équiper un véhicule (un camion ou bien un ancien bibliobus) pour en faire un Fablab sur roues. Les machines que l’on trouve habituellement dans un tel lieu créatif y seront intégrées: imprimante 3D, découpe vinyle, découpe laser, petit outillage, matériel électronique… La Fabrique Mobile aura vocation à circuler sur tout le territoire rhônalpin et ainsi proposer des actions in situ pour promouvoir la fabrication numérique et les valeurs portées par les Fablabs, à savoir *

  • rendre accessible au plus grand nombre la conception et la fabrication assistée par ordinateur,
  • mettre à disposition des outils à commande numérique et des matières premières secondaires pour concevoir et fabriquer, transformer ou réparer, localement des objets,
  • mettre au point des méthodes de conception collaborative,
  • partager des savoirs et savoir-faire en matière de fabrications.

En créant la Fabrique Mobile, l’objectif est de rendre accessible la fabrication numérique aux personnes socialement ou géographiquement isolées, que ce soit en zone rurale ou urbaine, en allant à leur rencontre dans leurs lieux de vie. Afin de s’adapter à un large public et d’ouvrir le champs des possibles, des partenariat sont en train d’être établis avec différentes structures intéressées pour accueillir la Fabrique Mobile. Parmi elles : des écoles primaires, des collèges, des universités, des mairies, des bibliothèques, des musées, des MJC, des entreprises, des établissements publics numériques (EPN) …

Actualité du projet : La Fabrique d’Objets Libres est désormais à Saint-Priest et la Fabrique Mobile s’est orientée vers les entreprises. En savoir plus 

Cf. la charte des Fablabs énoncée par le Massachusetts Institute of Technology, créateur du concept.

2ème rencontre CaféLaboQUARTIERS, débats tous azimuts

Un participant : « Mieux vaut penser le changement que changer le pansement (P. Dac). Ayons cela à l’esprit quand on travaille les quartiers populaires… »

42 participants se sont réunis hier après-midi à l’IRAM, au cœur du quartier créatif de Saint-Étienne, lors de la 2ème rencontre CaféLaboQUARTIERS. Deux thèmes débattus :
1/ les usages innovants du numérique et leur appropriation par les habitants des quartiers
2/ Les nouveaux espaces de créativité.
Continuer la lecture

Zoomacom

La médiation numérique au cœur de l’innovation sociale

L’association Zoomacom assure la fonction de Centre ressource numérique départemental dans la Loire et a pour objet de « rompre avec la fracture sociale du numérique par des actions économiques, sociales et solidaires. » Cela se concrétise par l’accompagnement à la mise en place de politiques et de dispositifs de médiation numérique. Elle travaille notamment sur deux projets innovants en lien avec les habitants des quartiers populaires :

• Trouver un job pour pas un rond

L’objectif de ce projet est de permettre à des demandeurs d’emplois d’accéder à un stage ou une période d’essai, alors qu’ils n’ont pas forcément les moyens financiers nécessaires pour s’acquitter des coûts que ces expériences engendrent (transport, logement, nourriture…). Zoomacom les accompagne dans la découverte et l’utilisation des différents services de consommation collaborative qui peuvent les aider à « trouver un job pour pas un rond » (ou presque…) : covoiturage, couchsurfing, achats groupés … Aujourd’hui ces pratiques sont fortement facilitées par les outils numériques, encore faut-il savoir s’en servir !

• OpenFactory 42
OF42 est une association fondée par un collectif d’acteurs de l’innovation sociale de la Loire, qui ont eu pour objectif commun le lancement d’un Fablab*. Situé dans le quartier créatif, celui-ci a vite attiré un grand nombre d’étudiants, d’universitaires et de particuliers intéressés par ce nouvel outil.
Aujourd’hui, se pose la question de l’appropriation de ce lieu par le grand public et surtout par les personnes issues des quartiers politique de la ville. C’est là que Zoomacom entre en scène, afin d’accompagner les structures de ces quartiers à venir découvrir et utiliser ce lieu avec leurs publics.
Un large chantier de médiation numérique, avec de nombreux partenaires.

 

En savoir plus : www.zoomacom.org

 

* Fab Lab : vient de la contraction des mots anglais « fabrication laboratory ». Ce terme désigne un lieu ouvert au public où l’on trouve des machines-outils pilotées par ordinateur (notamment des imprimantes 3D) permettant la conception et la réalisation d’objets. Le Fab Lab permet de passer très vite du concept d’un objet à son prototype.