Archives par mot-clé : appui à l’entreprenariat

Le Bootcamp

Muscler son projet entrepreneurial de manière immersive

Quel lien feriez-vous entre un programme d’entraînement physique de l’armée américaine (le Boot camp) et l’entrepreneuriat dans les quartiers populaires ? A priori, aucun… sauf pour deux acteurs associatifs du Genevois français !

Pangloss Lab et Innovales se sont inspirés de cette méthode pour imaginer un accompagnement d’une semaine, créatif et immersif à la création d’activités à destination de personnes éloignées de l’emploi.

Cet accompagnement innovant, visant à passer de l’idée au projet d’entreprise, a été proposé aux habitants des quartiers prioritaires de Ferney Voltaire et Saint-Genis-Pouilly. L’expérimentation a eu lieu en 2018 dans le cadre du contrat de ville du pays de Gex.

Selon les initiateurs, l’entrepreneuriat peut être un vecteur d’intégration et d’accomplissement fort pour des personnes éloignées de l’emploi. Cependant, il peut aussi conduire à des situations de grande précarité quand il n’est pas assis sur des bases solides. Avec le Bootcamp, les porteurs de projet bénéficient d’un accompagnement soutenu sur un temps très court. Durant une semaine, ils abordent plusieurs étapes :

  • définir son projet en fonction de ses compétences, 
  • réfléchir de manière créative à son projet,
  • concevoir un prototype du projet et tester ainsi son étude de marché de manière dynamique et itérative,
  • réaliser ses premières projections financières, pour sécuriser son modèle économique.

Neuf personnes ont suivi la première édition du Bootcamp. Ce fut l’occasion de confirmer leur projet de création pour certains, ou de l’abandonner pour d’autres. Dans tous les cas, l’accompagnement a permis de remobiliser les personnes dans leur recherche d’emploi.

En 2020, le Bootcamp évolue avec l’intégration en amont d’un travail sur l’estime de soi et une phase de remobilisation par le sport. L’idée est d’en faire un accompagnement systémique, un parcours complet pour reprendre pied dans le monde du travail.

Contact chez Pangloss Lab :  Matthieu Gevertz –  matthieu@labatisse.org

Le lien « A.Venir »

Un lieu conçu par et pour les jeunes

En Haute-Savoie, la Ville de Saint-Julien-en-Genevois mène une politique jeunesse qui s’appuie sur l’intelligence collective et l’innovation. Son objectif est d’amener les jeunes à prendre conscience de leurs capacités d’action et de leur redonner du pouvoir sur leur vie. 

La première étape en 2018 – 2019 : une formation Imp!act co-organisée avec l’association genevoise Euforia auprès d’un groupe de jeunes. Puis en 2020, l’envie de poursuivre ce cheminement a conduit à la création d’une pépinière de projets : Incub’Action.

En 2021, la Ville poursuit sa démarche en imaginant avec les jeunes un lieu d’accueil, autogéré pour partie par eux, où ils pourraient développer des actions citoyennes. Ce tiers-lieu dédié à la jeunesse pourrait également proposer une offre de services en réponse à leurs besoins : accompagnement social, démarches administratives, accès aux loisirs, espace de travail et d’échanges, cyber-café, réseau d’échanges. 

Les objectifs sont principalement de :

  • Développer le pouvoir d’agir des jeunes !
  • Impulser une dynamique entre jeunes et territoire bénéfique à tous !
  • Accompagner les jeunes vers l’autonomie et l’émancipation !
  • Veiller à ce que ce projet soit construit par les jeunes en lien avec les acteurs locaux

Le service jeunesse se positionne comme un facilitateur autour du projet grâce à la mise en place d’une méthodologie participative pour construire ce lieu au plus près des besoins des jeunes. À partir de septembre 2021, des ateliers vont être organisés pour mieux appréhender les envies de chacun. En parallèle, les acteurs du territoire sont fortement associés à la dynamique du projet, dans l’optique pour certains de s’installer dans les locaux du futur lieu « le lien A. venir », au côté de l’équipe du Service jeunesse. Sont déjà pressentis une Mission Locale et un FabLab !

Contact : François David, Responsable Service Jeunesse – francois.david@st-julien-en-genevois.fr

Maze

Un jeune de quartier dans la french tech

Être jeune et venir d’un quartier populaire : la double peine pour un porteur de projet ?
Le chemin qui a mené Bader Bouziane à l’entrepreneuriat a été sinueux. Mais habité par sa passion pour les technologies numériques et porté par l’envie d’entreprendre, cet autodidacte de 24 ans est sur le point de voir son projet se concrétiser. En 2020, il a rejoint les rangs de l’incubateur lyonnais Manufactory pour développer son projet de start-up, de l’idée à la réalisation.

Bader Bouziane est un enfant du Perrier, quartier populaire emblématique d’Annemasse Agglomération, intercommunalité frontalière avec la Suisse. Après l’obtention du baccalauréat, il navigue entre plusieurs secteurs d’activités, allant et venant de jobs alimentaires en (auto)formations, rebondissant avec des expériences professionnelles à l’étranger. Durant toutes ces années, l’envie d’entreprendre et la passion pour les nouvelles technologies ne le quitteront pas. C’est au cours de la formation de référent digital que le déclic opère. Un projet de start-up (voir encadré) germe alors dans son esprit, tandis qu’il travaille, en parallèle de sa formation, pour un géant du service de livraison de plats cuisinés.

Selon Bader Bouziane, le fait de venir d’un quartier populaire complexifie l’aventure entrepreneuriale, principalement en raison :

  • de l’absence d’entrepreneurs dans l’entourage, qui pourrait stimuler, encourager, rassurer, en endossant le rôle de mentor, de modèle ;
  • des difficultés pour lever des fonds, amplifiées par le sentiment de méfiance que certains habitants des quartiers peuvent avoir vis-à-vis des établissements bancaires.

Pour lever les obstacles à l’entrepreneuriat ou à l’emploi, vécus par les habitants des quartiers, diverses structures ressources existent dans les territoires. Bader Bouziane a su les trouver à chaque fois que la concrétisation de ses projets nécessitait « un coup de pouce » : mission locale, Grande école du numérique, CitésLab ou encore le concours French Tech tremplin.

Contact : badrebouziane@icloud.com – 06 29 58 68 20

Maze, une plateforme de mise en relation de coursiers à vélo freelance et de techniciens réparateurs mobile 
Maze permettra aux usagers de smartphones en panne ou endommagés d’être mis en relation avec des réparateurs indépendants de leur ville. Un coursier freelance assurera, à vélo, les livraisons du téléphone entre le client et le réparateur. L’ensemble des échanges ainsi que des transactions financières se feront depuis un site web utilisant la technologie blockchain. 
 Le projet s’inscrit dans la lutte contre l’obsolescence programmée. Un volet social est également pensé : Maze proposera à ses coursiers (souvent pas ou peu qualifiés) d’accéder à des formations en ligne afin d’acquérir des compétences digitales.  

Bonne nouvelle : le prochain CaféLaboQUARTIERS est prévu le 18 janvier 2022!!

Pour sa 7ème édition, CaféLaboQUARTIERS arrive (enfin!) dans le Grand Genève !

Venez découvrir des projets innovants dans les quartiers populaires du Grand Genève autour de deux enjeux :

  • L’entrepreneuriat des jeunes
  • L’insertion professionnelle des femmes

Participez à de nouveaux réseaux d’échanges entre professionnels de la politique de la ville et acteurs de la création d’activité, du développement économique, de l’innovation, de l’ESS et du numérique.

Repartez avec des idées, des envies, des contacts.
 

Avant-goût des projets qui seront présentés :

Cet événement est organisé en partenariat avec Annemasse agglomération

CaféLaboQUARTIERS en résumé :

  • 1 matinée
  • 1 ambiance conviviale
  • 3 séquences, en petits groupes, de découverte et de mise en discussion d’initiatives locales et innovantes dans les quartiers
  • 5 porteurs de projets
  • des participants de l’Ain, de Haute-Savoie, de Suisse ou d’ailleurs
  • et bien sûr du café et autres gourmandises…
     

Parcours Créateur

Démocratiser l’esprit d’entreprendre dans les quartiers

Sensibiliser à l’entrepreneuriat sur les territoires politique de la ville, détecter les porteurs d’idées de création d’entreprise et les accompagner: c’est l’objectif du service d’amorçage de projet « Parcours Créateur », développé en 2011 par la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Graines de SOL.

Sollicitée par les mairies de Givors et Grigny, Graines de Sol a développé ce service d’aide à la création d’entreprise, en continuité du dispositif CitésLab de la Caisse des dépôts et de consignation.

Ce service propose un accueil gratuit et personnalisé pour :

  • Obtenir des informations sur les étapes de la création d’entreprise et les aides à l’appui.
  • Clarifier et formaliser son idée, commencer à poser un plan d’action
  • Bénéficier d’un accompagnement renforcé des porteurs de projet avec des outils adaptés.
  • Être orienté vers des partenaires de la création (diagnostic technique, le montage, le test, le financement) ou des partenaires de l’insertion (formation, aides financières).
  • Faire le choix de poursuivre leur projet ou de l’interrompre, le reporter ou le modifier.

Des entretiens individuels et des ateliers collectifs sont proposés aux porteurs de projet pour avancer sur leur projet et aborder les différentes étapes de la création. Cet accompagnement se fait en lien avec les acteurs locaux et en faisant intervenir les partenaires spécialistes du territoire. « La semaine du micro-entrepreneur » ou « 3 jours pour devenir commerçant » sont des exemples d’ateliers.

Par ailleurs des informations collectives sont régulièrement organisées avec le Pôle emploi et dans le cadre de la Garantie jeunes avec la Mission locale, ainsi que des actions hors les murs dans les quartiers politique de la ville. Ces actions de sensibilisation permettent de faire connaître le service « Parcours Créateur » au public, aux partenaires et aux prescripteurs.

Depuis la création du service d’amorçage de projet en 2011, ce sont 1 202 personnes qui ont pu être accompagnées individuellement et plus de 2 000 personnes sensibilisées à l’entrepreneuriat sur le territoire.

Contact: Valérie Bounia – valerie@grainesdesol.fr

Cette initiative sera présentée lors du CaféLaboQUARTIERS du 5 février 2019, au Teil. Je veux rencontrer le porteur de ce projet !

« Ma Boutique à l’essai »

Comment une commune peut-elle agir pour redynamiser le commerce dans un quartier prioritaire ?
Réponse avec la ville de Saint-Chamond dans la Loire, qui revient dans ce reportage sur ses axes d’intervention pour développer économiquement le quartier « centre-ville » et qui présente l’expérimentation « Ma boutique à l’essai ».
Retrouvez également dans cette vidéo le point de vue du commerçant, partenaire de l’opération.

Retour sur la 5ème rencontre CaféLaboQUARTIERS

Le 5ème CaféLaboQUARTIERS s’est déroulé le 30 janvier 2018 à Cusset, dans l’Allier, en collaboration avec Vichy Communauté.

Plus de 50 participants de l’Allier, du Cantal, de la Loire, du Puy-de-Dôme étaient réunis au Kube Center (espace de coworking) pour parler innovation économique et sociale dans les quartiers.
Techniciens et élus de collectivités locales, représentants des services de l’État, chefs d’entreprises, experts du numérique, conseillers citoyens, consultants, accompagnateurs de la création d’activité, acteurs associatifs ont pu découvrir et discuter autour de 6 initiatives  pour faciliter l’accès à l’emploi et favoriser l’esprit d’entreprendre dans les quartiers.
Merci à Aformac, Actypôle-Thiers et la ville de Thiers, la mission locale de Moulins, les CIDFF 03 et 63, Nov’events, le médiateur de quartier de Cusset, d’avoir joué le jeu. Merci également à tous les participants pour leurs apports.

Ils nous ont dit :  » on repart avec…
#de nouveaux contacts
#des nouvelles perspectives
#des exemples permettant de se dire que c’est possible
#des informations, des idées pour faire évoluer notre projet
#l’envie de poursuivre
#des outils d’animation pour nos territoires

Découvrez ici quelques photos en souvenir de cette rencontre…

La presse parle de nous !

Nov’events

Une expérience d’entrepreneuriat collectif comme tremplin professionnel

Quelle expérience plus formatrice pour intégrer le monde du travail que de participer à une aventure entrepreneuriale ? Tel est, en tous cas, le pari que font Vichy communauté et la mission locale de Vichy avec la mise en place de Nov’events.

Créé en février 2017 par 3 jeunes en service civique à la mission locale (appelés « ambassadeurs de la parole des jeunes »), Nov’events est une école entreprise d’évènementiel dont l’objectif principal est de revaloriser l’image de la jeunesse à travers l’organisation d’évènements, tout en contribuant à la mise en valeur du territoire et de ses acteurs. En 2017, Nov’events a organisé un forum de l’orientation et des métiers autour du tourisme qui a rassemblé 112 participants.

L’école entreprise est organisée en pôles (relationnel, commercial et communication) gérés par les ambassadeurs de la parole. Les activités de Nov’events sont réalisées grâce à l’implication de « membres actifs » (jeunes inscrits à la mission locale participant bénévolement). Les membres actifs viennent à Nov’Events pour développer des compétences, découvrir différents métiers et intégrer une dynamique de groupe. C’est aussi l’occasion pour eux de rencontrer des entreprises et d’échanger avec des professionnels.
L’aventure Nov’events leur permet également de retrouver confiance en eux.

Pour 2018, le projet de l’école entreprise est de mettre en place une carte à destination des jeunes inscrits à la mission locale de Vichy. Cette carte donnerait accès à des avantages financiers dans plusieurs types de structures locales liées à la mobilité, au bien-être et à l’image de soi, aux loisirs, à la culture, …

Contact : contact.novevents@gmail.com

 

Le Groupement de Créateurs

Faciliter l’insertion professionnelle des jeunes en s’appuyant sur leur esprit d’entreprendre

Depuis 2015, la mission locale de Moulins, dans l’Allier, accompagne les jeunes qui ne sont ni scolarisés, ni en emploi, ni en formation, à travers la constitution d’un Groupement de Créateurs. En employant la pédagogie de projet, elle soutient leur envie d’entreprendre en favorisant l’acquisition et le développement de leur autonomie. La finalité reste l’insertion socio-professionnelle des jeunes, mais l’envie d’entreprendre est utilisée comme catalyseur.

Déployée avec l’aide de l’association nationale des Groupements de Créateurs, cette démarche implique trois partenaires locaux:

  • la mission locale de Moulins pilote le projet,
  • l’Institut universitaire de technologie de l’Allier propose une formation validée par le diplôme universitaire de création d’activité: le Duca,
  • la BGE Auvergne (réseau d’appui à la création d’activité) apporte l’expertise économique aux projets des jeunes.

Concrètement, le dispositif prévoit deux étapes :
1/ La première, dite d’émergence, dure 2 à 6 mois. Elle vise à passer de l’envie au projet. 
Il s’agit de permettre aux jeunes de mieux se connaître en tant que porteur de projet, identifier leurs compétences, leurs motivations et leurs contraintes. L’objectif est aussi de définir précisément leur idée et découvrir l’environnement de leur projet (secteur d’activité, marché, besoins d’investissement…).
À l’issue de cette étape, chaque jeune peut décider d’entreprendre seul, repartir dans une démarche de recherche d’emploi ou faire le choix de se former. Il passe alors à la deuxième étape du dispositif.
2/ D’une durée de 6 mois, le Duca est une formation universitaire ouverte sans condition de Baccalauréat.
Cette formation permet au jeune d’acquérir les compétences techniques nécessaires pour concrétiser son idée (informatique, communication, juridique, fiscalité, gestion d’entreprise, commerciale et conduite et gestion de projet). En fin de formation, la soutenance vise à convaincre les partenaires et experts mobilisés de l’aider à poursuivre. 

Au total, 80 jeunes bourbonnais ont été ou sont actuellement suivis dans le cadre du Groupement de Créateurs. 52% sortent positivement en créant leur activité, en trouvant un emploi ou en se lançant dans une formation. « Dans tous les cas, l’expérience amène les jeunes à adopter une autre posture dans leur recherche d’emploi », souligne Sabine Dubessay, directrice de la mission locale de Moulins.

 Contact: Sabine Dubessay, directrice sdubessay.mlmoulins@gmail.com

En savoir plushttp://www.ml-moulins.fr/203_Groupement-de-createurs.html