Archives de catégorie : en visioconférence /// le 18/01/2022

jeunes entrepreneurs 74

Groupement de créateurs 74

L’entrepreneuriat pour trouver sa voie

L’accès à l’emploi ou à une formation n’est pas toujours un projet mobilisateur pour les jeunes. Confrontée à cette problématique, l’équipe de la mission locale Faucigny Mont-Blanc a réfléchi à une autre source de motivation leur permettant in fine de trouver leur voie professionnelle. Et quoi de plus attrayant que de partir de leurs rêves ou envies profondes ?

Depuis 2017, la mission locale propose un parcours d’accompagnement à la création d’activité avec une étape d’émergence du projet renforcée : c’est le Groupement de créateurs (1). L’objectif n’est pas tant de pousser les jeunes à créer leur activité que de s’appuyer sur une idée qui les anime pour les (re)mettre en action vers l’insertion professionnelle.

À partir d’une réflexion conjointe, il s’agit de faire d’un rêve un projet et œuvrer pour qu’il devienne une réalité. Cette démarche progressive a pour socle fondateur la connaissance de soi. Vient ensuite l’étape de l’esquisse du projet puis celle de la connaissance de son environnement. Enfin, le jeune est amené à réfléchir à l’adéquation entre son projet, son environnement et son identité. C’est lui qui dicte le rythme de l’accompagnement, à partir des évolutions successives de son projet et de sa situation de vie.

L’impact de cet accompagnement individuel est décuplé lorsque le jeune a ensuite la possibilité d’intégrer le diplôme universitaire entrepreneur TPE (très petite entreprise). Sur le territoire du Grand Genève, cette formation de 6 mois a été lancée à titre expérimental de janvier à juillet 2021 (2). Elle est le fruit du partenariat entre la mission locale, l’université Savoie-Mont-Blanc et Faucigny Mont-Blanc développement. Pour l’occasion, un collectif d’une douzaine de jeunes a été constitué à partir de volontaires passés par le Groupement de créateurs. Au programme :

  • des enseignements collectifs très opérationnels (gestion d’une entreprise, élaboration de business plan, communication…) ;
  • des stages ;
  • une mise en réseau avec des financeurs potentiels et d’autres partenaires économiques.

En plus de l’obtention d’un diplôme de niveau bac, les jeunes ressortent métamorphosés de cette expérience intense. Fin 2021, la plupart des diplômés sont sur le point de créer leur activité et deux ont créé leur entreprise. La mission locale poursuit ses recherches pour financer une deuxième promotion du DU.

Contact : Nicolas Calatrava, chargé de projet ncalatrava@missionlocale.fr

  1. Il s’intègre au sein d’un Réseau national de 32 groupements de créateurs.
  2. Grâce à un financement exceptionnel de la part de Pôle emploi.

SAS mobilisation vers l’emploi

Lever les freins à l’emploi des femmes

Acteur reconnu de l’insertion professionnelle dans la Vallée de l’Arve (Haute-Savoie), Alvéole a répondu à la sollicitation de la Ville de Scionzier pour expérimenter fin 2019 un accompagnement collectif vers l’emploi.
Le dispositif a été imaginé pour un groupe constitué de stagiaires des ateliers sociolinguistiques (ASL) de la Ville. Parmi la douzaine de personnes ayant pris part à l’expérimentation, les femmes du Crozet -quartier populaire de la commune- étaient majoritaires.

Tout est parti d’un double constat. D’un côté, nombre d’entreprises locales doivent faire face à une pénurie de candidats quand, d’un autre côté, de nombreuses personnes (en particulier des femmes issues de l’immigration résidant en quartier populaire) peinent à s’inscrire dans une démarche d’insertion professionnelle. Le SAS mobilisation vers l’emploi a pour objectif de travailler, trois mois durant, à lever les multiples freins à l’emploi que rencontrent ces femmes :

  • non-maîtrise de la langue française,
  • problématique de garde d’enfants en bas âge,
  • méconnaissance du monde du travail,
  • difficultés liées à la mobilité,
  • faibles qualifications ou non-reconnues en France,
  • freins d’ordre culturel.

Le dispositif se déroule en deux temps. Le premier combine entretiens individuels et ateliers collectifs. Le second est celui des stages en entreprises. Le premier temps est l’occasion de :

  • reprendre confiance en soi,
  • identifier ses compétences,
  • créer ou améliorer son CV,
  • découvrir des métiers porteurs d’emplois,
  • trouver des solutions de mobilité et de garde d’enfants…

Les stages (3 fois une semaine) leur permettent de se confronter à la réalité du monde du travail et de tester leurs intérêts et capacités pour les métiers préalablement identifiés. Fin 2019, elles ont testé des métiers de l’industrie, de l’aide à domicile, du commerce, du bâtiment et de la couture.

Le bilan de l’expérimentation est positif. La constitution d’un groupe homogène associée au rythme et au contenu du SAS ont contribué à l’émergence d’une émulation collective stimulante pour les bénéficiaires. L’implication de diverses entreprises locales a également joué en faveur du nombre très satisfaisant de sorties positives (embauches, formations).
Fort du succès de cette première expérimentation, les acteurs locaux (dont Pôle emploi, principal financeur) ont décidé de renouveler ce SAS collectif à l’automne 2020.

2021 : Malgré la pandémie, la consécration

La crise sanitaire de la Covid-19 a-t-elle impacté le dispositif SAS mobilisation vers l’emploi ?
Malgré les incertitudes et les aléas de 2020, un groupe d’une douzaine de personnes a pu être constitué et le SAS maintenu. Toutefois, le contexte économique et sanitaire a pesé sur la réalisation des stages. Notre réseau d’entreprises a été particulièrement difficile à mobiliser. De plus, aucun stage n’a pu avoir lieu en Ehpad ou dans le secteur de l’aide à domicile.

Qu’en est-il des femmes que vous avez accompagnées ?
Ce deuxième groupe était composé à 90% de femmes habitant le quartier du Crozet. Toutes étaient très investies et l’émulation collective en faveur de l’insertion professionnelle était cette année encore, au rendez-vous. D’ailleurs, la majorité d’entre elles ont trouvé un emploi à l’issue de l’accompagnement.

Quelles évolutions à venir pour le SAS mobilisation vers l’emploi ?
En 2021, nous avons réalisé le bilan des deux années d’expérimentation. Il en ressort que le dispositif constitue un bon tremplin de retour à l’emploi pour des personnes considérées comme « inemployables en l’état ». Cette réussite a mis au centre des échanges avec les décideurs la question de l’extension du dispositif sur le territoire. Sur ce point, il est important de comprendre qu’un tel accompagnement (renforcé, intensif) ne peut devenir la norme. Il a été pensé pour un profil spécifique de personnes, et pour être mis en place par un type de structure, au regard de son organisation, de ses moyens et ressources. Aussi, le SAS mobilisation vers l’emploi, tel qu’il existe actuellement, ne peut pas être déployé de manière exponentielle, quand bien même il y aurait un élargissement du cercle des financeurs. Un essaimage nécessiterait d’inventer une configuration différente.

Contact : Françoise Michel-Gay, chargée de projet – projet-pf@alveole.fr

découvrir

Une association suisse pour l’insertion professionnelle des femmes migrantes qualifiées

Arriver dans un pays comme la Suisse ou la France, à l’issue d’un parcours de migration et décrocher un emploi en adéquation avec son niveau de qualification, c’est un défi de taille. Cela est d’autant plus compliqué si l’on est une femme, en raison de l’accumulation de plusieurs facteurs discriminants qui se jouent lors à l’embauche. À Genève, pour relever ce défi, les femmes migrantes qualifiées peuvent s’appuyer sur l’association découvrir.

Créée en 2007, cette association de 11 salarié.e.s aborde l’insertion professionnelle comme un processus. Année après année, l’accompagnement s’est renforcé, contribuant à lever les multiples obstacles à l’emploi qualifié auxquels doivent faire face les femmes récemment installées sur le territoire. L’association propose désormais un arsenal de services et programmes, parmi lesquels :

  • information et accompagnement dans les démarches de reconnaissance des diplômes étrangers,
  • découverte du marché du travail local et de ses codes,
  • préparation aux entretiens d’embauche,
  • soirées de réseautage,
  • mentorat,
  • cours de langues,
  • accompagnement à la création d’entreprise.

En 2019, l’association va plus loin avec le lancement d’un plan d’action Entreprises.
Il s’agit d’aller au-devant des responsables des ressources humaines en misant sur l’approche RSE, et de bâtir des collaborations solides et durables avec les entreprises afin de :

  • sensibiliser aux préjugés liés au genre et à la migration dans les processus de recrutement et essaimer les bonnes pratiques en la matière,
  • valoriser les parcours et compétences des candidates accompagnées et faire prendre conscience de la diversité et qualité de leurs profils, 
  • bénéficier d’une captation privilégiée des offres de stages et d’emplois.

découvrir est en développement permanent et ses partenariats sont foisonnants.
Un des derniers en date est celui avec la start-up Alaya. En passant par sa plateforme digitale spécialisée dans le mécénat de compétences, découvrir a pu bénéficier de l’expertise de salariés de grandes entreprises sur des missions telles que du conseil en recrutement, job-coaching, traduction de documents.

découvrir en période Covid : entre adaptation et ténacité

La crise sanitaire de la Covid 19 a-t-elle impacté les pratiques de votre association ?
Nos pratiques ont été bouleversées puisque nous ne pouvions plus ni recevoir du public ni aller à la rencontre des entreprises. Nous nous sommes adaptées avec la mise en place de visio-appels, de formations en ligne et de webinaires.
Nous avons aussi lancé une lettre d’information pour maintenir le lien avec notre public et lui apporter des conseils et des pistes en matière de réseautage et de recherche d’emploi durant cette période troublée.

Quelles incidences pour vos activités ?  
L’année 2020 a été très fructueuse pour notre plan d’action Entreprises.
Nous avons élargi notre cercle d’entreprises partenaires et obtenu de précieux moments d’échanges pour développer la diversité et l’égalité de genre au sein de leurs équipes. Le télétravail et la baisse d’activité inhérents à la crise ont permis à certaines entreprises de dégager du temps pour sensibiliser leurs équipes.

Qu’en est-il des femmes que vous avez accompagné ?
Le travail à distance nous a ouvert des horizons, permettant un accompagnement inter-cantonal plus développé. Au total, découvrir a épaulé 639 femmes dans leur intégration socio-professionnelle au cours de l’année 2020. Malgré un marché de l’emploi tendu et des circonstances sociales et économiques imprévisibles, plus de 100 candidates ont obtenu un débouché professionnel en 2020, un résultat proche de celui de l’année précédente. Les secteurs de la santé et du social ont été particulièrement pourvoyeurs d’emplois.

association genevoise

Contact : Sarah Gamblin, chargée des relations partenaires – sarah.gamblin@associationdecouvrir.ch

Le lien « A.Venir »

Un lieu conçu par et pour les jeunes

En Haute-Savoie, la Ville de Saint-Julien-en-Genevois mène une politique jeunesse qui s’appuie sur l’intelligence collective et l’innovation. Son objectif est d’amener les jeunes à prendre conscience de leurs capacités d’action et de leur redonner du pouvoir sur leur vie. 

La première étape en 2018 – 2019 : une formation Imp!act co-organisée avec l’association genevoise Euforia auprès d’un groupe de jeunes. Puis en 2020, l’envie de poursuivre ce cheminement a conduit à la création d’une pépinière de projets : Incub’Action.

En 2021, la Ville poursuit sa démarche en imaginant avec les jeunes un lieu d’accueil, autogéré pour partie par eux, où ils pourraient développer des actions citoyennes. Ce tiers-lieu dédié à la jeunesse pourrait également proposer une offre de services en réponse à leurs besoins : accompagnement social, démarches administratives, accès aux loisirs, espace de travail et d’échanges, cyber-café, réseau d’échanges. 

Les objectifs sont principalement de :

  • Développer le pouvoir d’agir des jeunes !
  • Impulser une dynamique entre jeunes et territoire bénéfique à tous !
  • Accompagner les jeunes vers l’autonomie et l’émancipation !
  • Veiller à ce que ce projet soit construit par les jeunes en lien avec les acteurs locaux

Le service jeunesse se positionne comme un facilitateur autour du projet grâce à la mise en place d’une méthodologie participative pour construire ce lieu au plus près des besoins des jeunes. À partir de septembre 2021, des ateliers vont être organisés pour mieux appréhender les envies de chacun. En parallèle, les acteurs du territoire sont fortement associés à la dynamique du projet, dans l’optique pour certains de s’installer dans les locaux du futur lieu « le lien A. venir », au côté de l’équipe du Service jeunesse. Sont déjà pressentis une Mission Locale et un FabLab !

Contact : François David, Responsable Service Jeunesse – francois.david@st-julien-en-genevois.fr

label entreprise apprenante

« Entreprise apprenante »

Un label de territoire pour soutenir l’alternance

Depuis 2017, Annemasse Agglo et la Communauté de communes du Genevois déploient le label «entreprise apprenante» pour inciter les employeurs du territoire à s’engager pour la formation des jeunes. La démarche de labellisation est au cœur d’une stratégie de communication à destination des entreprises, collectivités et associations locales. L’objectif est de promouvoir la voie de l’alternance en tant que passerelle vers l’emploi.

Ce label, d’inspiration genevoise, a été initiée côté français dans le cadre de la politique de la ville. L’entreprise candidate à la labellisation passe une audition afin de mesurer son implication en faveur de l’alternance. L’audition est réalisée sur la base d’un référentiel multicritères, parmi lesquels :

  • la découverte et la promotion du milieu professionnel,
  • l’intégration de l’alternant dans l’entreprise,
  • le processus de formation de l’apprenti et son accompagnement,
  • l’engagement de l’entreprise au service du territoire.

Un comité technique décide alors s’il accorde le label, valable pour une durée de deux ans. Ce comité est composé des principaux partenaires du territoire concernés par l’emploi des jeunes : la mission locale, le J.5 (structure d’information jeunesse), Pôle emploi, les chambres des métiers et du commerce.

La dimension innovante du projet repose, notamment, sur sa démarche « donnant / donnant ». Pour les entreprises, le label renforce leur attractivité auprès des jeunes. Il leur ouvre la porte du réseau des entreprises apprenantes. Elles participent ainsi à des temps d’échanges, de réflexion collective et de partage de bonnes pratiques, leur permettant de s’adapter aux nouvelles générations. Pour les jeunes, le label porte à leur connaissance un vivier d’entreprises et une garantie que celles-ci leur proposent un cadre de travail bienveillant et un accompagnement approprié à leurs besoins.

Les résultats de la 3ème édition ont été annoncés fin 2021. Les labellisés sont désormais 40 :
34 entreprises, 4 collectivités territoriales et 2 associations. La Cité des métiers (1), en charge de l’animation du label, va renforcer dès 2022 la communication auprès des jeunes, en lien avec les structures qui les accompagnent, afin de promouvoir la voie de l’alternance.

Contact : Jessica Durand, Cité des métiers du Grand Genève – durand@citemetiers.fr

  1. La Cité des métiers du Grand Genève est un service public franco-genevois multi-partenarial qui fournit informations et conseils en matière de formation et d’emploi.  Elle étend son champ d’action sur tout le Genevois français grâce à 3 centres associés : Annemasse, Bonneville et Pays Bellegardien.

Mingos Communication

Un jeune de quartier dans la french tech

Être jeune et venir d’un quartier populaire : la double peine pour un porteur de projet ?
Le chemin qui a mené Bader Bouziane à l’entrepreneuriat a été sinueux. Mais habité par sa passion pour les technologies numériques et porté par l’envie d’entreprendre, cet autodidacte de 25 ans a vu son projet de start-up se concrétiser en 2020 (voir encadré en fin d’article), malgré le contexte de crise que l’on connait.

Bader Bouziane est un enfant du Perrier, quartier populaire emblématique d’Annemasse Agglomération, intercommunalité frontalière avec la Suisse. Après l’obtention du baccalauréat, il navigue entre plusieurs secteurs d’activités, allant et venant de jobs alimentaires en (auto)formations, rebondissant avec des expériences professionnelles à l’étranger. Durant toutes ces années, l’envie d’entreprendre et la passion pour les nouvelles technologies ne le quitteront pas. C’est au cours de la formation de référent digital que le déclic opère. Un projet de start-up germe alors dans son esprit, tandis qu’il travaille, en parallèle de sa formation, pour un géant du service de livraison de plats cuisinés.

Selon Bader Bouziane, le fait de venir d’un quartier populaire complexifie l’aventure entrepreneuriale, principalement en raison :

  • de l’absence d’entrepreneurs dans l’entourage, qui pourrait stimuler, encourager, rassurer, en endossant le rôle de mentor, de modèle ;
  • des difficultés pour lever des fonds, amplifiées par le sentiment de méfiance que certains habitants des quartiers peuvent avoir vis-à-vis des établissements bancaires.

Pour lever les obstacles à l’entrepreneuriat ou à l’emploi, vécus par les habitants des quartiers, diverses structures ressources existent dans les territoires. Le jeune annemassien a su les trouver à chaque fois que la concrétisation de ses projets nécessitait « un coup de pouce » : mission locale, Grande école du numérique, CitésLab ou encore le concours French Tech tremplin.

Après avoir créé Maze Repair en 2020, le jeune entrepreneur a récidivé en lançant fin 2021 une agence de communication : Mingos. Il est actuellement membre de la pépinière Puls, Locomotive Ville Durable.

Contact : bader@maze.repairhello@mingos-communication.com – 06 29 58 68 20

Maze Repair : une plateforme de mise en relation de coursiers à vélo freelance et de réparateurs mobile 
Maze Repair met en relation les usagers de smartphones en panne ou endommagés avec des réparateurs indépendants de leur ville (Lyon, Annemasse et d'autres territoires). Un coursier freelance assure, à vélo, les livraisons entre clients et réparateurs. L’ensemble des échanges ainsi que des transactions financières se font depuis le site web, grâce à la technologie blockchain. En favorisant la réparation des appareils, Maze Repair prend part à la lutte contre le gaspillage électronique et l'obsolescence programmée.

en visioconférence (2022)

Les projets qui seront présentés, en visioconférence, le 18 janvier 2022. Cliquer sur les titres en rouge, pour en savoir davantage.

Mingos Communication
Un jeune de quartier dans la french tech

découvrir
Une association suisse pour l’insertion professionnelle des femmes migrantes qualifiées
« Entreprise apprenante »
Un label de territoire pour soutenir l’alternance
Groupement de créateurs 74
L’entrepreneuriat pour trouver sa voie
Lien A.venir
Un tiers-lieu pour dynamiser le pouvoir d’agir des jeunes
SAS mobilisation vers l’emploi
Lever les freins à l’emploi des femmes

CaféLaboQUARTIERS en visioconférence: le 18 janvier 2022

Pour sa 7ème édition, CaféLaboQUARTIERS se déroulera en visioconférence (inscription sur le site de Labo Cités)

Découvrez des projets innovants dans les quartiers populaires du Grand Genève autour de deux enjeux :

  • L’entrepreneuriat des jeunes
  • L’insertion professionnelle des femmes

Participez à de nouveaux réseaux d’échanges entre professionnels de la politique de la ville et acteurs de la création d’activité, du développement économique, de l’innovation, de l’ESS et du numérique.

Repartez avec des idées, des envies, des contacts.

Avant-goût des projets qui seront présentés :

Cet événement est organisé en partenariat avec Annemasse agglomération

CaféLaboQUARTIERS en résumé :

  • 1 matinée
  • 1 ambiance conviviale
  • 3 séquences, en petits groupes, de découverte et de mise en discussion d’initiatives locales et innovantes dans les quartiers
  • 5 porteurs de projets
  • des participants de l’Ain, de Haute-Savoie, de Suisse ou d’ailleurs
  • et bien sûr du café et autres gourmandises…